Rencotre au ministère du logement, janvier 2013

Compte-rendu de la rencontre au ministère du logement 

11 janvier 2013

 

 

Etaient présents 5 assistantes sociales, 1 permanent FSU.

Nous avons été reçus par une conseillère technique logement et 2 de ses collègues, suite à un courrier décidé en AG et adressée à la ministre du logement, par le biais de la FSU.

 

Nous avons témoigné des difficultés que nous observons et que vivent les familles tant en matière dhébergement que de logement (le 115 qui ne décroche pas ou qui ne propose pas de place, la quasi absence de places pour les isolé-e-s, les familles qui sont envoyées très loin et sans cesse ballottées, les dispositifs qui sempilent mais qui ne répondent pas, le manque criant de logements sociaux accessibles).

Nous avons évoqué diverses situations pour illustrer notre propos et nous avons terminé sur nos revendications (augmentations des moyens pour le 115, création de structures dhébergement, non-fermeture des places dhiver, application du droit au maintien dans un hébergement[1], application de la loi de réquisition ).

 

La conseillère technique nous a dit que par rapport aux différentes situations exposées, la ministre avait déjà mis en place un certain nombre dactions et que dautres étaient en cours délaboration.

Sur la question de lhébergement, la ministre a souhaité, dès son arrivée, sortir de la gestion saisonnière hiver/été. Des moyens supplémentaires ont été débloqués dès le mois de septembre 2012.

Cette année, il a été demandé de ne pas attendre quil fasse froid pour ouvrir les places et leur nombre est supérieur à celui des années précédentes.

 

Un effort a été fait en Ile de France pour mobiliser des lieux plutôt que des nuitées dhôtel, comme lillustre louverture dun bâtiment public situé au Raincy pour lhébergement durgence. Il sagit dune ancienne caserne de gendarmerie (logements de fonction) jusquà présent inoccupée. Dune capacité de 70 places, elle a ouvert ses portes fin décembre et accueille aujourdhui une trentaine de personnes sans abri.

 

De plus, consigne a été donnée de proposer des solutions en Ile de France, même si cela reste insuffisant vu la superficie de cette région.

 

La « priorité au logement » a été confirmée lors dune conférence « pauvreté » qui sest tenue les 10 et 11 décembre.

En 2013, 9 000 places dhébergement durgence seront créées ou pérennisées, en vue notamment dune sortie du dispositif hivernal cohérente et organisée. (5 000 pour faire face à lafflux des demandes adressées au 115, et 4 000 autres pour accueillir les demandeurs dasile).

 

Le but reste tout de même lorientation vers le logement.

Des moyens seront renforcés sur les dispositifs SOLIBAIL, les résidences sociales, maisons relais

Le gouvernement a une politique volontariste sur la question du logement, à la fois dans le parc social et dans le parc privé.

Lencadrement du prix des loyers a vocation à se poursuivre dans le prochain projet de loi.

La mobilisation du foncier est également à lœuvre mais cela prendra du temps. Des terrains appartenant à lÉtat vont prochainement être vendus pour permettre la construction dHLM.

De même que des procédures sont lancées dans les départements pour réquisitionner les bâtiments vides, mais encore cela prend du temps.

Sur la question des attributions de logements (dont les critères comme les commissions sont opaques), un chantier va être mené pour clarifier les procédures.

 

 

Comme notre place n'est pas d'être porte-parole des engagements de l'ÉTAT, voici notre réaction à la suite de cette rencontre qui aura duré à peine plus d'une heure :

On nous a effectivement écoutés mais on ne voulait pas nous entendre. Lorsqu'on explique qu'il est impossible d'appeler le 115 avec un téléphone fixe, on ne nous croit pas (clairement). Lorsque l'on émet des réserves sur le développement du Solibail (est-ce adapté à toutes les familles, que se passe t-il après 18 ou 24 mois si il n'y a pas de relogement pérenne,... ?), ces « spécialistes » des questions du logement que sont ces conseillers techniques sont tout simplement surpris de nos réflexions. Ils restent de toute façon certains que le programme annoncé par la ministre va résoudre tous les problèmes.

« Ayez confiance...... » dit le serpent!

Tout est question de temps de la part du gouvernement alors que les problèmes de logement sont dénoncés depuis 25 ans par les mal-logés, les collectifs et associations. Y'en a marre des discours, du blabla...nous proposons sérieusement de réquisitionner un bâtiment, ce serait plus utile et encourageant !



 



[1]              Voir à ce sujet : Le Droit au maintien dans un hébergement, jusquà un relogement, ou un hébergement stable, reconnu par le Tribunal Administratif de Paris

            http://droitaulogement.org/paris-le-11-janvier-nouvelle-jurisprudence-un-jugement-reconnait-le-droit-au-maintien-en-hebergement/

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :