L'informatisation en service social, du rêve au cauchemar!

Publié le par rageas93

Pour débuter une année 2013 que nous espérons riche en luttes,

 

nous décidons de publier sur notre blog l'introduction du texte d'un collectif d'assistantes sociales et secrétaires du conseil général de Seine-Saint-Denis.

 

Nous pouvons dire que ce texte est en même temps une enquête de terrain, une analyse et une critique de "l'informatisation là où elle n'a pas sa place."

 

La suite du texte et ses annexes sont disponibles ici :


http://fr.scribd.com/doc/119269562/L-Informatisation-en-service-social-du-reve-au-cauchemar

 

http://fr.scribd.com/doc/119269534/annexes 

 

 

Nous transmettrons tous vos commentaires aux auteures de ce texte via notre adresse mail : rageas93@gmail.com


Bonne lecture à tou-te-s!

 

Cet écrit, avant tout destiné aux collègues, est le fruit d'échanges et de rencontres sur plusieurs mois entre assistantes sociales et secrétaires des CSS [1] informatisées et non informatisées.

 

Il engage une réflexion et une critique de l’informatisation là où elle n’a pas sa place.

 

L'informatisation en service social,

du rêve au cauchemar ! 

 

En 2008, un logiciel nommé COSMOS[2] a commencé à être déployé au sein du service social départemental du Conseil général de la Seine Saint Denis. Il a été l’outil de l'informatisation de ce service public et un moyen pour développer un recueil de données sur les personnes, à visée purement statistique.

 

Ce logiciel crée un dossier informatique pour chaque personne reçue dans lequel peuvent être saisis des renseignements parmi 375 items[3] proposés sur l’identité du ménage, ses « problématiques » et les « interventions » réalisées par l’assistante sociale. A ce jour, ce fichier social informatique est mis en place et utilisé dans 10 CSS sur 32. 

 

Des statistiques annuelles sous format de grilles papier [4] sont demandées chaque année aux équipes et regroupent les mêmes thématiques détaillées en 232 items.

 

Fin 2010, une nouvelle grille dénommée « enquête population » est venue s’ajouter aux statistiques habituelles.

 

Début 2011, des assistantes sociales réunies en assemblée générale ont décidé de boycotter l’ensemble du recueil statistique. En mars 2011, le syndicat FSU du Conseil Général de Seine Saint Denis a saisi la CNIL d’une plainte en l’interrogeant point par point sur la conformité de ces  données personnelles, nominatives et recueillies sur fichier papier ou par informatique au regard de la loi « Informatique et libertés » de 1978.

 

Au bout d’un an, la CNIL a invité le syndicat à se rapprocher de la CIL[5]. Ce délai de traitement a permis au Conseil général de Seine Saint Denis d’envoyer à la CNIL les déclarations normales.Le 9 janvier 2012, la CILa adressé un courrier à la CNIL pour justifier les choix du Conseil général.

 

L’analyse suivante s’appuie  sur des échanges entre assistantes sociales et secrétaires et sur des extraits du courrier de 21 pages de la CIL. 

 

toile informatique



[1] CSS : circonscriptions de service social. La Seine Saint Denis comprend 40 communes. Les CSS, qui sont présentes sur 32 communes (certaines villes sont regroupées), sont départementales ou rattachées à une mairie conventionnée avec le Département. Aujourd’hui, 10 CSS sont informatisées.

[2] COSMOS est le nom du logiciel utilisé par les CSS informatisées

[3] Nous vous en proposons une synthèse et un décryptage, voir annexe 1

[4] Voir annexe 2 : grilles de statistiques 2012

[5] CIL : correspondante informatique et libertés. Les entreprises, administrations ou collectivités locales peuvent nommer un CIL au sein de leur organisme, dont la mission est d’assurer la promotion de la culture informatique et Libertés. Cette désignation permet un allègement de certaines démarches auprès de la CNIL. Voir : http://www.cnil.fr/la-cnil/missions/informer-conseiller/correspondants/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

rageas93 16/03/2013 13:30

Nous publions ici le commentaire de Chantal exprimé sur le site Antidélation après la lecture de "L'informatisation en service social, du rêve au cauchemar" avec son aimable accord et en la
remerciant de témoigner.
"Bonsoir et merci pour ces informations qu'il faut bien sûr diffuser largement en sachant que souvent nous avons besoin d'assistantes sociales dans des situations temporaires: divorce, deuil,
chômage... Affaibli, fatigué ou démoralisé, il serait injuste d'écrire ce que nous aurions à dire dans ces moments de détresse et d'enregistrer notre intimité contre notre volonté! Comment lutter
contre ces faits ? Merci pour votre travail et votre dévouement. Bonne soirée à tous" Chantal GOMEZ